Bienvenue à bord du pétard pétaradant, mec ! J’espère que t’as pas été jouer au zigoto bronzé dans les vagues en forme de lames de fond de Paolac, Tracsir, Nique-o-Bar, Assez, ou je ne sais quel autre îlot paradisiaque ! Cette année, valait mieux se contenter de la planche à repasser dans la poudreuse fraîche de nos bonnes vieilles montagnes pour épater les louloutes ! Tu peux peut-être moins bien juger de leurs formes aguichantes avant le décarpillage mais au moins tu risques pas de boire la méchante tasse ou de prendre un chalutier derrière la cafetière ! Pour autant que tu restes sur les pistes balisées, évidemment !

   Je voulais pas m’étaler sur ce sujet beaucoup trop dégueulasse ! Mais vu l’ampleur des dégâts et le nombre de paumés, on a pas fini d’en entendre causer ! J’avais pas le choix ! Tu penses, la plus grande et la plus meurtrière des catastrophes naturelles que notre planète a connu depuis la disparition des dinosaures ! Ça fout les moules, hein ? C’est monstrueux ! Tu peux te payer la poire de tout un chacun. De nos dirigeants qui se dirigent plus ! De tes concitoyens plus cons que citoyens ! Tu peux te marrer sur tout et n’importe quoi. Sur la tringle et ses accessoires. Sur la politique et ses guignols redondants. Sur le mariage des blondes entre elles. Sur le sport. Sur ces champions du ballon jaugé et de la grosse seringue « Nivuniconnu ». Sur l’économie et ses rhumes de bourse vachement douloureux. Sur la science et ses copies génétiques foireuses. Sur les médias.

Kampfsport

   Tiens, la télé et ses bobards gluants. Ses reportages à l’eau de rose. Ses baratinages à la poudre de barbitunique. Ses pubs toujours plus débilitantes. Ses émissions à la fleur d’oranger. Ses infos du rabâchage quotidien. Ses coulisses de la chtarre à gaga des mies. Ses questions pour un champignon veine et nœud. Qui veut gagner des billons ? Et encore un spot de la grande braderie de chez « je vends de tout ». Précédé par un cours métrage du centre national de la prévention du genre « apprenez le geste qui sauve ! ». Tu vois, mon vieux ? Si t’es pas cap’ de refuser le quinzième gorgeon de rouquin, t’as le foie qui chope les foies ! Ou bien, juste avant les fêtes, petit papa Moncul, n’oublie pas ton petit…capuchon ! Gaffe, si tu voudrais baiser pendant ta tournée des chaumières !

San-Antonio est mon père spirituel      

 

La pétée du pétouillant !

   Non, tu peux rigoler de tout mais pas d’une cata de ce tonneau ! Pas moyen de se fendre la frite avec des déferlantes homicides au paradis pour tourisques ! Ça, je refuse ! T’envoie vite un gros cheikh et t’essaie d’y oublier ! Si t’y arrives ! Alors on décroche avant de gerber et on passe à mon violon dingue favori : Jojo la Menace. Ma pomme, je t’annonce un vrai scoupe : ce taré de Jojo Bouche s’est fait allumé comme un garenne dans un faubourg de Padblague !…Tu biches comme un pou égaré dans la culotte à Miss Venébéséla, j’espère ! Ça te titille la glande endocurieuse, hein ? Ça te tarabuste le système hormonal ? T’en baves jusque dans tes grolles ? Ben, t’as qu’à venir mater ! Je suis pas chaud pour me taper toute une bande-annonce pour la peau des roustons !

Gewehr

Le bouquin de Hachisch Parmanier est disponible
sous www.edcarte.ch

 

San-Antonio est mon père spirituel      

humour histoires drôles

les histoires

Livre 1
- prologue
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10

Livre 2
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10
- chapitre 11

Livre 3
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10

- chapitre 11
- chapitre 12
- chapitre 13

command livre

biographie

votez ce site au
"weborama"

commentaires

liens