Juste avant la folle ruée estivale vers les alignements de chaises longues sur le sable et les grands départs dans les goulets routiers aux méchants relents de bouchon, je voulais profiter de l’occase pour t’en casser une broque sur une autre combine qui me cisaille la prostate au sécateur à rosiers. Surtout que dans les actualités, en ce moment, y a vraiment rien de très bandant ! Sorti des conflits sociaux habituels, de la libération de l’Yraque qui n’en finit pas d’être gagnée par tous les moyens même le viol et la torture systématique, des suites de la chasse aux terroristes, d’un terminal hypermoderne tellement aérien que les courants d’air l’ont transformé en tas de ruines et de quelques bricoles politicardes, c’est pas terrible comme sujets de franche rigolade ! T’avoueras qu’y a absolument pas de quoi se la peindre en rose au-dessus d’un rideau pour jouer au gourdin du grand Guignol !…Alors voilà, chaque année à cette période, c’est la même histoire avec ces salaupiots de vacanciers qui larguent leurs animaux de compagnie sur le bord de la route après leur avoir sucré le bip-bip à la fourchette à escarguinche et nettoyé le tatouage à l’acide chlorhydrique !…Sale blague pour les braves toutous et les gentils minets ! Faut déjà avoir une morille desséchée à la place du palpitant pour se permettre des actes de ce genre ! Tristes salauds, va ! Moins que rien ! Sadiques ! Vilains pas beaux ! Tortionnaires ! Si je m’écoutais, je deviendrais vite grossier ! Faut vraiment pas craindre la honte pour oser faire une dégueulasserie pareille à ces pauvres bêtes qui ne leur avaient rien demandé si ce n’est une caresse, de temps en temps ! Un petit mot doux en retour de leur amour fidèle ! Le privilège de pouvoir passer leur courte vie à leurs pieds, de partager les mauvais et les bons moments ensemble et de les suivre jusqu’au bout du monde même pour les vacances ! Dès qu’il aperçoit la moindre valtouse ou le plus petit sac de voyage, le bon chien-chien ne cesse de faire la démonstration de sa joie débordante !

San-Antonio est mon père spirituel      

 

Sans Panoche et Burette pas de pétard !
Bassethound

Y te suit dans tout l’apparte comme ton ange gardien en battant l’air de sa queue. Il observe le moindre de tes gestes pour essayer de connaître la destination de cette fameuse escapade avec son mémaître ! Mer ou montagne ? Plage bondée ou chalet abandonné ? Eau salée dégueulasse ou alpages parfumés à la fleur de foin et à la bouse de vache ? Calcif de bain ou passe-montagne ? Crème solaire ou écran total ? Matelas pneumatique ou tente de campinge ? Y passe ses nuits allongé en travers de la porte d’entrée pour être certain de pas rater la décarrade à cinq plombes du mat ! Et après quelques kilbus d’un beau voyage en chiotte plutôt mouvementé, le meilleur pote de l’homme, exalté par la perspective d’une longue ballade en forêt, se retrouve, sans comprendre ce qui lui arrive, dans la cage grillagée d’une prison infâme à hurler à la mort de concert avec des centaines de ses semblables. Dans sa cellule y a un vieil épagneul à la fourrure bouffée par la pelade qu’est là depuis plusieurs piges et qui lui demande :

Le bouquin de Hachisch Parmantier est disponible sous www.edilivre.com

 

San-Antonio est mon père spirituel      

humour histoires drôles

les histoires

Livre 1
- prologue
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10

Livre 2
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10
- chapitre 11

Livre 3
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10

- chapitre 11
- chapitre 12
- chapitre 13

command livre

biographie

votez ce site au
"weborama"

commentaires

liens