Dis, t’as maté un peu c’te pétée chez mes potes espagnolos ? C’est grave, hein ? Dégueulasse !… Ça fout vachement la riflette ! Ça te la coupe au raz des moustaches ! T’as l’estom en chute libre dans les godillots ! La bile te remonte à la surface à gros bouillons impétueux ! Tu chopes la gerbe des fusées jaunes ! Ta rate se fait porter pâle en catastrophe ! T’as le battant qui s’emballe, les claouis qui font la colle, le zifoldingue en berne, le raisin qui tourne purée, la tuyauterie qui bouchonne, la colonne qui déconne, la boyasse qui se délasse, la tension en pleine dépression, le côlon qui en dit long, la rétine qui se décolle, les rognons qui grognent, le foie qui a les foies, la vésicule qui recule, tes calculs qui s’accumulent, les globules qui s’encu…bent (ouf, j’ai eu chaud à la plume !), la vessie en lanterne japonouille, les soufflets qui s’essoufflent, le médiastin qui dit Tintin, le Tintin qui veut plus son Milou, les rotules qui font bravo, le trouillomètre qui frôle le zéro absolu, les dominos qui se déboîtent, les lacrymales en crue, la menteuse en danseuse, le métabolisme plein de cynisme, les artères qui prennent l’air, les nerfs qui pendent comme des cerfs et la tripaille qui a la caille.

   C’est la grosse débâcle dans ta carcasse ! Le sauve-qui-peut émotionnel ! La déroute organique ! La méchante débandade ! Le renoncement de la comprenette ! T’as soudain une folle envie de changer de film ! Tu voudrais démissionner de ce monde-là ! Prendre des vacances de cette haine gratuite ! Gueuler pouce !…Coupez, on va la refaire !…Y a maldonne !…Bande de salauds !…Tu décides d’aller voir ailleurs si y a moins pire ! De filer à l’engliche ! De jouer cassos sur la pointe des arpions, sans tambour ni tromblon ! De te congédier de ton impuissance ! De te destituer de tes malfonctions ! De te démettre de ton mal-être ! De te déchoir de ton perchoir ! De te rayer du tableau noir ! De te révoquer de ton mal-en-point ! De te dégrader de ton rang ! De te disgrâcier de ta race ! De te détrôner du genre humain ! De te limoger de tes croyances ! De déposer ton bilan ! De te zapper loin ! Beaucoup plus loin ! De retourner chez ta mère ! De prendre la mer ! De renier tes origines ! D’oublier les frangines !

San-Antonio est mon père spirituel

 

L’os pétard d’os !

Tu préfèrerais une grosse angine ! N’importe quoi d’autre ! T’aimerais, au moins, faire quéchose mais ouichtre ! Y a pas lerche de moyen !…Vamos, mouche à chat ! Je te laisse finir de dégueuler ! Quand t’auras retrouvé un peu de tes esprits, tu pourras me rejoindre à la page suivante.

Le bouquin de Hachisch Parmantier est disponible sous www.edilivre.com

 

 

San-Antonio est mon père spirituel

humour histoires drôles

les histoires

Livre 1
- prologue
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10

Livre 2
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10
- chapitre 11

Livre 3
- chapitre 1
- chapitre 2
- chapitre 3
- chapitre 4
- chapitre 5
- chapitre 6
- chapitre 7
- chapitre 8
- chapitre 9
- chapitre 10

- chapitre 11
- chapitre 12
- chapitre 13

command livre

biographie

votez ce site au
"weborama"

commentaires

liens